Interview with Anne Grimaldi

27 11 2010

Anne Grimaldi, fondatrice de la société de mobilier haut de gamme « ANN GRIM Furniture ».

Parcours professionnel:

Après l’obtention d’un Baccalauréat Histoire des Arts, Anne Grimaldi, fondatrice de la société de    mobilier haut de gamme « ANN GRIM Furniture », intègre l’atelier de Met de Penninghen où elle étudie le design, l’art graphique et l’architecture intérieure, puis, elle poursuit ses études à Londres plus précisément à Cambridge dans le domaine de la Communication et du Marketing. Elle travaille par la suite pour le géant de la communication Publicis Groupe en tant que Account Executive sur le projet l’Oréal, elle signe ensuite un contrat en France avec l’agence de communication Early Bird et travaille sur des contrats internationaux. Plus tard, elle décide de se lancer dans la communication pour le compte de différentes ONG.

Suite à de nombreux voyages partout dans le monde et à son amour pour les expositions d’art, elle décide de se lancer dans la conception et fabrication de mobilier de luxe. C’est ainsi qu’elle créée sa propre entreprise « ANN GRIM Furniture » en Mai 2010. Elle collabore d’abord avec plusieurs usines des Pays de l’Est pour ensuite monter en gamme en travaillant en étroite relation avec des usines italiennes. Son principal secteur d’activité est l’hôtellerie et la restauration de luxe. Ses clients sont des prestigieux hôtels 4 et 5 étoiles tels que l’Hôtel Lancaster, l’Hôtel Faubourg, ainsi que des restaurants réputés haut de gamme tels que le Buddha Bar qui appartient au groupe George V Eatertainment mais aussi la Cantine du Faubourg et plein d’autres. Elle étend actuellement ses services aux entreprises.

Très sensible à l’art, on note également un attachement fort et une vraie préoccupation pour le développement durable. Selon Anne Grimaldi, il faudrait conserver ce qui est bénéfique dans la nature et remplacer ce qui est nuisible pour l’environnement.

L’orientation pour la conception de mobilier écologique constitue-t-elle une demande des clients un choix personnel ou bien un choix stratégique?

Étant réellement concernée par l’environnement et dévouée à la cause du développement durable, Anne Grimaldi s’intéresse tout particulièrement au recyclage de matières premières réutilisables. C’est un choix personnel et une philosophie de vie bien ancrée dans sa profession de designer. Elle s’attache à utiliser certains matériaux plus respectueux de l’environnement, par exemple le bois.

Ses pièces de mobilier répondent aux normes de fabrication et de certification les plus strictes (CEN, ISO). Le mobilier est fabriqué et conçu essentiellement à base de matériaux nobles et précieux, souvent des composants réputés « écologiquement responsables ». L’entreprise travaille aussi, le marbre, l’ardoise, la résine… mais aussi le zelfo, une nouvelle matière industrielle qui s’apparente au plastique mais qui est entièrement naturelle. La production du mobilier est à la fois de grande qualité mais elle est également conçue de sorte à limiter ses impacts sur l’environnement tout au long de son processus de vie. Ainsi, elle accorde une grande importance à la conception de mobilier dont la production limite l’utilisation massive de l’énergie de transformation liée aux matériaux. Elle s’applique à penser une pièce de mobilier et sa conception de manière à éviter l’utilisation de métaux lourds dans les produits de finition, clous, vis etc… et à imaginer un système de marquage pour faciliter le recyclage. Les critères retenus conduisent en effet à une démarche globale favorable à l’environnement en prenant en compte les différentes étapes du cycle de vie des produits (fabrication, utilisation, fin de vie).

Les finitions de ses produits sont minutieuses, pouvant aller jusqu’à la sculpture sur bois. Anne Grimaldi élabore des pièces uniques avec des ébénistes, et chacune de ses pièces est travaillée dans le respect des méthodes artisanales. Elle agit dans une logique de long terme, c’est un choix personnel, et non une demande de ses clients, selon elle, le « vert » ne fait pas vendre, l’écologie et le développement durable ne sont toujours pas devenus un critère marketing, du moins en France. Cela passe par une éducation spécifique autour de l’écologie que les français n’ont pas encore intégrée dans leur mode de vie et dans leurs habitudes de consommation.

Quelles ont été les difficultés rencontrées vis à vis des fournisseurs et des clients?

Certaines usines font des efforts environnementaux, en faisant en sorte d’utiliser moins de métaux et plus de bois, exemple : bois habillé.
Il n’existe pas d’exigence, ni de demande écologique de la part des grands groupes hôteliers liée au développement durable, cependant il existe dans l’art une sensibilisation beaucoup plus présente, plus marquée. En galerie le concept écologique serait un atout, ce n’est pas le cas dans le mobilier. L’exigence d’un respect de l’environnement est essentiellement un parti pris personnel.

Selon Anne Grimaldi, le « vert » n’est pas synonyme de « moins cher », les entreprises veulent de belles pièces de mobilier, ce qui importe c’est le prix, non l’aspect écologique de la chose. En effet les entreprises ont également un rôle à jouer et cela doit se traduire par un discours de sensibilisation car il est encore très difficile de toucher les français.

Anne Grimaldi tente de s’approvisionner le plus possible en France, mais en règle générale, s’agissant du bois par exemple, elle fait attention à ne pas utiliser les bois interdits, c’est le cas notamment du Palissandre brésilien .

En se fournissant en France, Anne Grimaldi tente de soutenir l’économie locale car il existe une importante concurrence au niveau des prix des matières premières et des coûts de la main d’œuvre avec l’Europe de l’Est. Elle souhaite également développer un véritable réseau d’usines françaises car il y a un vrai potentiel, un savoir faire et une qualité unique propre aux artisans français, affirme-elle. Une chaise issue de l’artisanat français dure en moyenne 30 ans, tandis que la durée de vie d’autres n’excèderait pas les 6 ans.

Quels sont ses projets actuels et futurs?

Anne Grimaldi souhaite développer son activité au grand public, elle désire également travailler en collaboration avec des facultés de chimie afin de trouver des nouveaux matériaux et de nouveaux produits exploitables pour fabriquer du mobilier dans la même logique écologique de respect de l’environnement.
La jeune designer est très passionnée et idéaliste et a l’ambition de travailler sur des collections orientées vers le développement durable.

Ses créations :

Retrouvez ses autres créations sur : Anngrimfurniture.com

Advertisements

Actions

Information

2 responses

30 11 2010
Amani

Super article! Bravo pour l’interview!! 🙂

11 12 2010
Floriane

C’est très intéressant de voir qu’Anne Grimaldi réunit l’art et l’écologie dans notre maison, mais d’une façon encore différente de celle de David Trubridge. L’ecodesign offre de formidables perspectives, et les ecodesigners comme elle mériteraient encore une fois d’être plus connus.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s




%d bloggers like this: